Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 09:50

Un petit bout d'histoire pour chaque jour dans le calendrier de l'Avent du blog ...

(le calendrier se déroule de bas en haut !) 

 

5564243262_65c7461d1e.jpg

 

Mardi 6 décembre

Jacob, un tout jeune berger : "Des étoiles, il y en a des milliers ici, choisis toi-même !

Quant au roi-du-monde-qui-change, je ne sais pas qui c'est, ni où il se trouve. Ce que je sais, c'est qu'un ange est apparu tout à l'heure à des bergers d'un autre village pour leur annoncer une grande nouvelle. C'est eux qui nous l'ont dit !

bergers et anges poster-rb050d305552e409fb7e81a9619123de6 i

Notre roi est arrivé dans la région cette nuit, il a fait halte en rase campagne - un peu comme nous !-.

Il paraît que nous sommes invités à aller le voir. Peut-être qu'il va ouvrir les yeux sur la condition de ses sujets, qu'il va nous entendre, comprendre comme la vie est dure pour nous. Peut-être aussi que les autres s'arrêteront de se moquer de nous, de nous regarder comme des moins que rien, des voleurs ou des malotrus, une fois que le roi nous aura reçus en audience ?!..."

 

Simon, un berger plus âgé : " Mais nous ne sommes pas d'accord sur ce qu'il faut faire. Certains disent que les autres bergers rêvent, qu'ils prennent leurs rêves pour des réalités et que de toutes façons, jamais le roi ne nous recevra.

D'autres y croient et se préparent à partir ; seuls s'il le faut.

Parce que, si c'est vrai tout ça, il ne faut à aucun prix manquer ce rendez-vous !"

 

Yaël (grognon) : "Moi, si j'y vais, ça sera simplement pour ne pas rester seul ici dans le noir..." 

 

(la suite ...demain !)

 

Lundi 5 décembre 

Yaël le berger : " Un loup ? Tu cherches un loup ? T'es pas fou ? Ca n'apporte rien de bon un loup ; que du malheur ! C'est sanguinaire ces bêtes-là, ça tue pour le plaisir ou rien que pour le plaisir de faire peur aux hommes. J'en connais, moi, deshistoires de loup ! C'est pas beau à entendre ..."

 

Daniel, un autre berger : " J'ai vu un loup, moi, il y a une heure à peine. Enoorme ! Heureusement que j'étais là sinon il aurait mangé nos 200 bêtes d'un seul coup de dents ! Mais j'ai été le plus fort ! Je lai chassé à coup de pierre. Il est parti sans demander son reste ! iIl a aussitôt disparu dans la nuit sans laisser de traces. Je n'ai pas pu le suivre.

 

Le Petit Prince : "Quel dommage...si vous aviez su...

Mais peut-être savez-vous où se trouve le roi-du-monde-qui-change ? ou au moins l'étoile rieuse ? Je dois les trouver !"

 

(la suite ...demain !)

 

Dimanche 4 décembre

L'Aviateur : "Au fil du récit du Petit Prince, mon loup a changé : il avait les dents un peu moins longues, un peu moins acérées, des oreilles moins pointues et, surtout, ses yeux n'étaient plus jaunes mais d'un doux bleu, couleur de ciel, couleur de rêve...

4570430403_1866e16c7c.jpg

L'aventure de mon petit héros ne s'était pas arrêtée là. piqué au vif, il était donc parti un peu à l'aveuglette. Il lui fallait retrouver Le Loup rapidement, ou avoir la chance de rencontrer quelqu'un qui le guiderait jusqu'à lui.

L'étoile rieuse l'aiderait peut-être aussi ?...

Enthousiaste, il poursuivait son récit pour moi :

 

Le Petit Prince :" Quand je suis parti chercher Le Loup, je n'avais que trois indices poru le retrouver : Une étoile rieuse, un roi pas comme les autres et la promesse d'un monde différent où personne n'a plus peur d'être lui-même. 

C'était peu pour trouver le chemin... J'ai tout de même tenté ma chance.

C'est alors que j'ai rencontré les bergers. C'est la lumière d'un feu de bois qui m'a attiré. La musique d'une flûte peut-être aussi. Ils étaient là, fébriles, en plein débat. Certains étaient visiblement prêts à partir, sandales aux pieds, bâton à la main, ceinture serrée autour des reins. D'autres hésitaient, cela se sentait.

Je me suis approché pour leur demander s'ils avaient vu Le Loup, l'Etoile rieuse ou le roi pas comme les autres."

 

(la suite ...demain !)

 

Samedi 3 décembre

L'aviateur : "Le Petit Prince m'a raconté ensuite que le loup s'était éloigné avec une légère hésitation dans le pas. Il avait brusquement fait demi-tour et s'était planté devant l'enfant pour lui adresser ces derniers mots :

 

Le Loup :" Merci, Petit Prince. Ces minutes passées avec toi ont été le plus beau cadeau, le plus beau signe d'espérance que j'aie reçu depuis longtemps. Je n'ai peut-être pas tort de rêver, après tout..."

 

L'Aviateur : "Emu, confus peut-être, le Loup avait tourné les talons et s'était prestement fondu dans la nuit...

Le Petit Prince avait mis du temps à réaliser ce qui venait de se passer. Mais bientôt sa curiosité naturelle l'avait repris. Les questions se bousculaient maintenant dans sa tête et seul Le Loup pouvait y répondre. Il fallait donc qu'il le retrouve. Les enfants seuls savent ce qu'ils cherchent (St Exupéry)...

Il venait de découvrir quelque chose d'aussi important que sa rose ; rien ne saurait désormais plus l'en détourner, à part, peut-être, la rose elle-même.

Il avait perdu du temps à essayer de bien comprendre ce qu'avait dit Le Loup, mais tout n'était pas perdu, il saurait bien le rattraper... Il s'était donc mis en route, au coeur de la nuit, à la poursuite du guide qu'il venait de se choisir.

 

(la suite ...demain !)


Vendredi 2 décembre

Le Petit Prince : " J'ai rencontré le loup un soir de décembre. Il avait faim, j'étais perdu et j'avais froid... Son regard était tellement triste que j'ai cru un instant qu'il allait se jeter sur moi pour me manger et en était peiné d'avance. Je me trompais. Sa peine venait d'ailleurs. Il cherchait quelque chose qu'il ne trouvait pas... Il m'a dit : 

 

Le Loup : "En te voyant si calme, si déterminé, si innocent, le regard si clair, j'ai pensé que ma quête s'arrêtait là, que j'avais enfin touché au but. Mais c'était une erreur... Adieu ! Fais attention à toi ! Les humains sont parfois plus terribles que les loups..."

 

Le Petit Prince : " Attends ! Ne pars pas si vite ! Explique-moi ! Où vas-tu, que cherches tu ? Les hommes, terribles ? Pourquoi ? "

 

Le Loup : " Je cours après un rêve ; un rêve d'homme, un rêve de loup. Je cours après un roi capable de changer le monde. Un roi dont la puissance sera telle que les loups n'auront plus besoin de se cacher ou de fuir sans cesse pour vivre, la peur au ventre, la haine collée à la peau comme de la boue.

Toi, tu es différent. Ton regard ne me condamne pas d'avance parce que je suis loup. Tu as pris le risque de t'arrêter pour m'écouter et me parler. C'est déjà beaucoup.

Mais quelque chose me dit que tu n'es pas celui que je cherche... Toi, tu es le Peiti Prince, et j'ai été ravi de te connaître. Mais je dois poursuivre mon chemin : mon roi est un peu plus loin encore, je le crains...

J'ai vu une étoile étrange se lever il y a peu ; une étoile qui riait dans le ciel. Peut-être est-ce un signe ? Je vais la suivre.

Adieu, Petit Prince ! Sois prudent et... ne deviens jamais comme eux ! "

 

(la suite ...demain !)

 

Jeudi 1er Décembre

C'était un matin, peut-être le 8ème ou le 9ème jour après l'incident. 7 ou 8 matins s'étaient écoulés depuis le jour où il était apparu au beau milieu du désert, me demandant de lui dessiner un mouton.

Ce matin-là, il vint vers moi avec une demande plus extraordinaire encore, me sembla-t-il : "Dessine-moi le loup !"

Le Petit Prince était là, devant moi, comme au premier jour, le regard aussi grave mais toujours aussi doux.

Mes talents de dessinateur ne s'étaient pas améliorés, mais je savias qu'il n'était pas question, cette fois, de glisser le loup dans une boîte. Un mouton, ça veut bien vivre un peu au chaud et à l'abri dans une boîte, mais pas un loup !

Alors j'ai essayé, du mieux que j'ai pu : on nen résiste pas au Petit Prince. Un long nez, deux oreilles pointues, une longue queue fière et drue, de grandes dents acérées, deux grands yeux jaunes au regard méfiant. Un grand méchant loup, digne des meilleurs contes de fées.

2248542027_0458c086b8.jpg

Mais cette fois, le problème était différent : il ne s'agissait pas d'ébaucher un loup quelconque qu'il me faudrait ensuite présenter au Petit Prince pour qu'il l'apprivoise à son tour. Non, le Petit Prince avait bien dit "Dessine-moi LE loup !" et pas "dessine-moi un loup".

Ce loup, il l'avait déjà rencontré. C'était comme si, au moment de me quitter, de repartir chez lui avec son mouton, il ne pouvait concevoir de rejoindre sa planète sans emporter avec lui le loup aussi...

Il a mis un peu de temps à m'expliquer. J'ai mis un peu de temps à comprendre.

Pour m'aider à dessiner le loup, il m'a raconté son histoire...

 

(la suite ...demain !)

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse protestante de Hoenheim - dans Spiritualité
commenter cet article

commentaires